3 conséquences du Brexit pour les touristes français

Brexit

Toute la planète, et la planète touristique encore plus, le sait : le Royaume-Uni, ou disons plutôt que 17,4 millions ont voté pour le Brexit (pour Britain exit) et 16,1 millions ont voté contre, certains le regrettant déjà. On a pu entendre depuis des interviews de personnes complètement déstabilisées par la nouvelle. Elles ont voté Brexit en n’imaginant jamais que cela arriverait ! Combien sont-ils dans ce cas ? Et quelles répercutions pour les Britanniques, pour les Européens et pour le Monde, notamment en matière de tourisme ?

Tout est encore bien incertain pour le moment sachant que le Royaume-Uni dispose de 2 ans pour négocier son départ, à l’amiable, de l’UE. David Cameron s’en va, laissant son successeur prendre les manettes d’un pays dans le doute. Les dirigeants européens le pressent à démissionner dès à présent pour éviter une trop longue période d’incertitude. Et près de 3,6 millions de signatures ont été récoltées pour l’organisation d’un nouveau référendum.

Que vont devenir les relations entre le Royaume-Uni et le reste de l’Europe en matière de tourisme ?

Des billets d’avion plus chers ?

Avion

Richard Branson, le PDG du groupe Virgin, patron d’Easyjet (média, transport aérien, transport ferroviaire, …) a appelé le Parlement à prendre au sérieux la pétition en cours. Les conséquences pour les grandes firmes du transport sont en effet énormes : la Grande-Bretagne bénéficiera-t-elle toujours de conditions de libre circulation dans la zone UE ? Des accords aériens vont-ils chambouler tous les accords actuels ? Les compagnies aériennes vont-elles devoir renégocier leurs droits d’entrer et sortir du territoire de l’UE et dans ce cas perdre une grande liberté de mouvement ? Et surtout, ce qui doit leur poser question au plus haut point : quelles seront les conséquences financières de ces nouveaux accords ? Sans parler des conséquences en terme d’emplois ?

Dans un article repris d’Air & Cosmos datant du 27 mars dernier, le patron de Ryan Air, Michael O’Leary, tenait les propos suivants :

« Ryanair est une compagnie aérienne enregistrée en Irlande, de sorte que toute idée de Brexit n’aura aucun effet sur notre liberté de voler partout en Europe. De même, étant donné que la compagnie Easyjet est enregistrée au Royaume-Uni, et que même dans l’éventualité d’un Brexit le Royaume-Uni restera membre de l’accord de Ciel Ouvert européen, la compagnie Easyjet sera libre de continuer à  voler partout où elle le souhaite aussi.”

Toujours est-il que depuis la nouvelle, les compagnies britanniques ont déjà perdu 20 % sur leurs cours en Bourse.

Il est ainsi très probable que les prix des billets s’en trouveront modifiés, à la hausse. Se rendre en GB coûtera plus cher en avion et probablement avec tous les autres moyens de transport.

Ainsi, à partir de 2019, la libéralisation du transport ferroviaire va se faire sur les lignes nationales. La Grande-Bretagne sera-t-elle de la partie pour participer aux appels d’offres pour l’exploitation de ces lignes ? Encore une inconnue.

Quant aux transports maritimes, qu’en sera-t-il des droits de douane ?

Des achats plus intéressants pour les Français

Acheter en Europe

En revanche, en l’état actuel de la situation économique, être touriste chez sa Majesté est plutôt plus intéressant depuis la décision du Brexit. En effet, la livre sterling a perdu de sa valeur. Après avoir plongé de 4, 4 % vendredi 24,  ce lundi 27 juin, elle perd encore 2,8 % pour valoir 1,19 euro pour 1 livre (GBP).

Par ailleurs, il est question de voir réapparaitre les zones de hors taxes dans les aéroports britanniques, 17 ans après leur disparition !

Des formalités d’entrée en Grande-Bretagne modifiées

Passeport

La libre circulation des hommes est l’un des grands principes dans l’UE. Ainsi une GB sortant de l’UE pourrait se retrouver obligée de réinstaurer le visa, en plus du contrôle à la frontière. Tout dépendra des accords signés par la suite, mais la probabilité est très grande.

Ainsi que ce soit pour les touristes entrants en GB ou les Anglais se rendant sur le Continent, le visa devrait être de mise.

En attendant, les procédures d’entrée au Royaume-Uni vont rester inchangées selon Visit Britain, l’organisme en charge du Tourisme au Royaume de sa Majesté. L’office du tourisme veut rester “positive” et rassurée les visiteurs européens.

Et pour terminer cet article, un petit schéma vaut mieux qu’un long discours ; merci l’Agence France Presse :

Schéma Brexit AFP

Pour conclure, disons que pour le moment, tant que les négociations n’auront pas débuté à Bruxelles, l’incertitude est de mise. Tourisme, déplacements, coût du voyage, tout est encore en suspens et incertain.

Vous avez aimé ? Merci de partager avec vos amis

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *