LES JARDINS SECRETS DU POETE anglais

Hais d'hydrangea Rydal Mount - GB Haie d’hydrangea Rydal Mount – GB
Photo : E Defaux

Nous sommes allés découvrir pour vous la maison du grand poète anglais : William Wordsworth. Nous y avons été accueillis divinement par Marian Elkington, la conservatrice.

Wordsworth y vécut les dernières années de sa vie de 1813 à 1850. Selon Marian, c’est ici que le poète s’est senti le plus heureux de toute son existence. Il passait des heures dans son jardin à le cultiver, à imaginer ses créations futures. Ce jardin est d’ailleurs resté l’exacte réplique de celui du temps de Wordsworth.

Suivez-nous à travers les tours et détours du jardin du poète et découvrons ses espaces secrets, discrets.

Arrivée à Rydal Mount - GB
Maison de William Wordsworth - Rydal GB
Descente vers le 1er jardin secret

De la maison, nous descendons quelques marches qui nous mènent vers un premier petit espace privé et vers le tertre. Un massif de roses nous accueille.

Jardin secret 1 Rydal Mount
Les roses de W Wordsworth
vers le premier jardin secret

De là,  nous pouvons déjà apercevoir les magnifiques arbres centenaires dominant le vaste jardin principal et surplombant “Rydal water”.

En descendant, voici notre second jardin secret. Vous le voyez en contrebas de la serre, près des Gunnera manicata.

Vue sur les arbres du jardin principal - Rydal Mount
Le chat dans la serre - Rydal Mount
Le chat dans la serre - Rydal Mount Photo : E Defaux

Le jardinier est au jardin mais le chat se prélasse dans la serre.

Jardin secret 2 Rydal Mount

Charmant n’est-ce pas ?

Vers le grand jardin

Nous sommes impatients de découvrir le jardin principal et sa vue magnifique sur le petit lac de Rydal.

L'allée du grand jardin
Fleurs Rydal Mount
Haie d'hydrangea Rydal Mount - GB
Devant la maison

Cette balade dans les jardins du poète s’achève. Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Lisez aussi notre article sur les jardins et le bien-être, c’est sûr vous allez aimer. Comment les jardins nous aident à nous sentir bien.

A bientôt.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *