Les fêtes du Têt au parc de Tao Danh

à Ho Chi Minh ville – Vietnam

Article invité

Jean-Claude est un grand voyageur. Vietnam, Laos et Cambodge sont ses pays de prédilections. Il les connaît bien, s’y déplaçant plusieurs fois par an.

Ici, il nous dévoile sa balade dans l’un des grands parcs d’Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, qu’il a eu la chance de visiter la veille de la fête du Têt, année nouvelle pour les Vietnamiens. Toutes les photos sont de lui.

Un grand merci à Jean-Claude et bonne lecture à vous.

Parc Tao Danh a Ho Chi Minh Ville

Parc Tao Danh à Ho Chi Minh Ville

Des fleurs symboliques

Si, à la Noël, nous dressons un sapin, les asiatiques, eux, décorent leurs maisons de fleurs symboliques comme le pécher, l’ochna, les orangers, les orchidées ou encore les chrysanthèmes à l’occasion des fêtes du premier de l’an lunaire : le Nouvel An chinois. Chacune de ces plantes, à leur manière, attire la chance et la prospérité sur leur foyer.

A Ho Chi Minh Ville (ex Saigon) au Vietnam, en plus du magnifique marché temporaire flottant qui s’installe sur le canal de Saigon, les producteurs de fleurs du delta du Mékong montrent tout leur savoir-faire dans deux manifestations qui, au fil des ans, voient leur renommée s’affirmer.

Le marché flottant le long du canal de Saigon

Le marché flottant le long du canal de Saigon

Ho Chi Min Ville et ses fleurs pour le Tet

Depuis cette fragile passerelle chacun peut choisir le bougainvillier de ses rêves

C’est parti pour la visite guidée

Aujourd’hui, je vous propose la visite du parc Tao Dan, telle que j’ai pu la faire en cette veille de Têt.

Le Công Viên Tao Dan (le parc Tao Dan) est un agréable îlot de quiétude à deux pas du marché Bén Thành, l’emblématique centre de Saigon. Ce parc de 10 hectares, créé à la fin du 19ème siècle, compte plus d’un millier d’arbres anciens dont des banians (Ficus benghalensis L.), des fromagers (Bombax ceiba L.), des dracontomelons, (Dracontomelon duperreanum Pierre), des  jacquiers (Artocarpus heterophyllus Lam.), des manguiers (Mangifera indica L.), sans oublier les palmiers de toutes sortes dont le palmier à sucre (Arenga pinnata Merr.), des magnolias (Magnolia sp.) et de nombreux bambous. Leur ombre généreuse permet de s’abriter de la chaleur ambiante, même en hiver comme ce fut mon cas.

Avec ses parterres magnifiquement entretenus, ce grand parc populaire est une invitation à la détente. Depuis plusieurs années, c’est aussi le lieu d’une exposition temporaire de plantes pour fêter le Nouvel An chinois ; cette année est celle du Coq. Ce majestueux volatile, très apprécié par les Vietnamiens, amateurs de combat de coqs, est le plus souvent représenté en famille avec une poule et moult poussins mais de manière très kitch !

Nouvel an chinois au parc d'Ho Chi Min Ville

Chuc mùng nàm moi (Bonne année)

N’est-elle pas heureuse cette famille avec ses petits poussins ?
Pourtant le planning familial n’invite-t-il point les familles à ne pas avoir plus de deux enfants?

Des arbres, toujours et encore

Dès l’entrée, on tombe en admiration devant les bonsaïs. Contrairement aux idées reçues, pratiquement tous les arbres peuvent être conduits selon cette technique et les Vietnamiens se spécialisent dans les arbres fruitiers comme le mûrier (Morus nigra, L.), le carambolier (Averrhoa carambola L.), le tamarinier (Tamarindus indica L.) et surtout l’oranger Calamondin (Citrus mitis Lour.), que chaque famille se doit d’exposer devant sa maison durant les fêtes et qui sera finalement jeté en offrande dans le Mékong pour assurer un bon approvisionnement des rizières en eau mais aussi protéger la maison des inondations catastrophiques.

Mûrier traité en bonsaï.

Pas de chance, les mûres ne sont pas mures mais surtout il est écrit : không chạm vào (ne pas toucher)

D’autres bonsaïs se retrouvent dans les magnifiques jardins japonais. Profitant des possibilités des lampes led, ces jardins sont illuminés, dès la nuit tombée, par de multiples couleurs. On aime ou on n’aime pas ; personnellement, je trouve que ces effets de lumière n’apportent rien de bien à ces délicates compositions. Mais tout est une question de goût, donc on ne discute pas.

Une composition de bonsais au parc Tao Dan de Hoh Chi Min Ville

Dommage que la scénographie adoptée par les organisateurs pour présenter les jardins japonais
soit aussi défavorable aux photographes !

L’art vietnamien de l’orchidée

A peine les bonsaïs terminés, on entre dans le domaine des orchidées présentées par des pépiniéristes du delta du Mékong. Manifestement, et à l’instar de leurs collègues thaïlandais, ils maitrisent parfaitement la culture moderne de ces plantes.  Plusieurs entreprises locales ayant pignon sur rue, les fournissent en micro-plants prêts à être repiqués. Néanmoins, rares, très rares, trop rares, semblent être exposées les variétés nouvelles. Par ailleurs, comme les agriculteurs vietnamiens sont très attachés au secret professionnel, aucune étiquette ne permet d’identifier les plantes exposées.

Classique et delicate orchidée

Classique et délicate orchidée

Orchidee

Ma préférée…

Le pépiniériste à néanmoins encore à faire quelques progrès quant à sa présentation

Ces cultures sont systématiquement mitraillées par les visiteurs qui usant de smartphones (les appareils classiques ayant complètement disparus) prennent photos sur photos. A chaque fois, comme la tradition le veut, au moins une personne doit figurer sur la photo (mais surtout pas trois, car ça porte malheur), et le plus souvent ce sont des jeunes filles qui, prenant la pose, s’approchent des fleurs en évitant de toucher les délicats pétales sous peine de se voir rappelées à l’ordre par un vigile très imbu de son autorité qui utilise un sifflet à roulette particulièrement strident.

Des aménagements très soignés

L’aménagement du jardin est utilisé pour des créations de massifs originaux. Deux ont plus longuement retenus mon attention. Devant la pagode, le traditionnel pont chinois en arche, particulièrement «casse gueule» dans ses approches abruptes, est décoré avec beaucoup de goût, essentiellement avec des orchidées, des chrysanthèmes jaunes-dorés (cette couleur est associée à l’or, donc à la fortune) et des poinsettias rouges (le rouge est la couleur du bonheur).

Exposition d'orchidee au parc de Hoh Chi Min Ville

Vue partielle du massif du petit pont menant à la pagode

Cet autochtone photographie-t-il l’environnement floral,
ou la jeune fille à la longue chevelure (probablement teinte) et aux jambes longilignes?
Ong không biết (moi, pas savoir)

L’autre composition magnifique est l’aménagement du bassin rectangulaire avec ses jets d’eau. Les barques à cornet, traditionnelles dans les hortillonnages picards, ont fait le voyage jusqu’à Saigon. Certes, elles se sont adaptées au gabarit vietnamien en diminuant de taille, mais elles transportent aussi une profusion de fleurs et de fruits, dont des noix de coco, dans un ensemble de couleurs harmonieux et chatoyant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le bassin et ses barques richement décorées parc de Hoh Chi Min Ville

Le bassin et ses barques richement décorées

Les écoles sont de la fête

Comme il se doit au Vietnam, dans chaque manifestation, une formation professionnelle met ses élèves en milieu réel. Voilà une excellente initiative, mais ne cherchons pas à faire des comparaisons. N’oublions pas que «c’est en forgeant que l’on devient forgeron» et même si certaines compositions paraissent un peu kitch (et c’est un doux euphémisme), félicitations à ces jeunes pour leur travail et leur implication.

La famille Galinacee en orangers Calamondin

L’année du Coq présentée par les élèves en formation professionnelle. Le coq, la poule et les poussins sont réalisés avec des orangers Calamondin

Voilà, c’est ainsi que se termine notre visite du parc Tao Dan.

Si dans les années à venir vous avez la chance d’être pour les fêtes du Têt à Ho Chi Minh Ville, ne manquez surtout pas cette visite payante (30000 dongs soit environ 1,3 euro). Si c’est à une autre époque, allez découvrir quand même (et là c’est gratuit) ce délicieux parc ; l’ombre y est généreuse, les parterres magnifiques, les oiseaux nombreux et tout en dégustant un ka fe da (café glacé) ou une kem vani voire une kem sô cô la (glace à la vanille ou au chocolat), vous vous isolerez quelques instants de l’ambiance terriblement bruyante de cette ville active et sonore 24 heures sur 24 ! N’oubliez pas, en plus, de regarder les statues modernes disposées dans la partie droite du parc, certaines réservent quelques surprises amusantes.

Enfin une dernière devinette si pour la première fois vous allez au Vietnam. Sur les cartes, Saigon est maintenant remplacée par Thành phố hồ chí minh. Essayez d’imaginer pourquoi les Vietnamiens du delta du Mékong parlant de la capitale économique du Vietnam disent seulement thành phố (la ville) et pourquoi, quand ils doivent s’y rendre, ils annoncent : Tôi đi đến pho (je vais à la ville). Vous ne voyez pas ? Pourtant pour certain c’est très simple !

Dans un prochain article je vous proposerai de déambuler sur l’avenue Nguyen Hue, autre haut lieu, de la décoration florale à l’occasion des fêtes du Têt.

Cảm ơn và tạm biệt (merci et à bientôt)

Nous espérons que cet article vous aidera dans la préparation de votre voyage.

Partagez vos expériences de voyageurs en laissant un commentaire ci-dessous.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche utilisée pour trouver cet article : bonsai murier.