Le Shakespeare du Jardin anglais : Lancelot « Capability » Brown

Un voyage à travers les jardins d’un magicien

2016 est une année hommage à un grand Monsieur du paysage anglais : Lancelot Brown (1716 – 1783), dit « Capability” Brown, le  “Shakespeare” du jardin anglais ou pour les Français, le « Le Nôtre » des jardins. De nombreuses manifestations sont programmées tout au long de l’année pour commémorer les 300 ans de sa naissance. Peu connu Outre-Manche, excepté par les experts ou les adorateurs, Lancelot Brown est célèbre en Angleterre pour sa contribution à un nouveau style de jardins : le jardin anglais.

Palais de Blenheim éditée par le révérend F.O Morris

Palais de Blenheim éditée par le révérend F.O Morris

Naissance des Jardins à l’anglaise

Les jardins des aristocrates anglais jusqu’au XVIIIème siècle, sous l’influence des jardins à la française et à l’italienne, étaient très formels et structurés, domestiquant la nature et laissant paraître la toute puissance de l’homme. C’est le grand peintre et architecte paysager William Kent (1685-1748) qui le premier crée des jardins paysages comme il peignait ses tableaux. Il y recherche l’équilibre des volumes, sans ligne droite imposée, la variété des couleurs et des matières. L’organisation du jardin devient une succession de point de vues, les reliefs ne sont pas aplanis mais exploités pour devenir des belvédères, les étendues sont travaillées en miniaturisation. « Small is beautifull ».

The Palladian Bridge, Stowe Gardens Photo : Peter Dean (Wikipedia)

The Palladian Bridge, Stowe Gardens
Photo : Peter Dean (Wikipedia)

En 1742, à 26 ans, Lancelot Brown, fils d’un fermier aisé, est embauché comme aide-jardinier dans le domaine de Stowe à une centaine de kilomètre au Nord Ouest de Londres. Immense propriété de la richissime famille Temple, Lancelot y est formé par Kent et y travaillera 10 ans s’élevant au rang de Chef Jardinier.  Il façonna ces 400 hectares de paysage composait de lacs, d’immenses étendues de parcs, de temples. Il y reprit notamment une technique de son maître « le saut-de-loup » ou « ha!ha! » (nommée ainsi par les Français par dérision), permettant de diviser l’espace sans en interrompre la vue en créant des fossés secs ou des clôtures enterrées afin de donner une impression de continuité dans le paysage. L’inspiration orientale, des jardins de l’Empereur de Chine, se ressent dans son architecture, peuplée de statues, de temples grecs ou de ruines gothiques venant enrichir la contemplation du beau chez le visiteur. « Capability » Brown aimait surprendre les promeneurs et s’amusait à cacher la fin des lacs afin que ceux-ci les perçoivent encore plus longs.

La Rotonde des jardins de Stowe par Lancelot

La Rotonde des jardins de Stowe par Lancelot “Capability” Brown
CC BY-SA 2.0 – Philip Halling

Après Stowe, il s’installe à son compte, à Londres, et devient le plus grand architecte paysagiste de son temps. Il se lance également dans l’architecture avec les demeures de Claremont, de Croome, …. Ses dons pour le génie hydraulique le conduisent à aménager de gigantesques plans d’eau tel qu’à Blenheim, un des joyaux anglais.

Un patrimoine unique de jardins et de demeures

En 32 ans de carrière, il a conçu au moins 170 jardins à travers le pays (les chiffres grimpent jusqu’à 250 selon certaines sources). Citons parmi les plus visités :

Croome, dans le Worcestershire (l’Ouest de l’Angleterre, près de Birmingham), sa première commande pour une demeure avec parc,

Highclere, propriété du premier comte de Carnarvon, devenu célèbre depuis grâce au tournage de la série Downton Abbey. Il y planta des cèdres qui, de par leur couleur foncée, lui servaient à accentuer les effets de perspective,

Chatsworth dans le Derbyshire, comté situé entre Sheffield et Nottingham au Nord,

Harewood, Yorkshire et son lac de 13 hectares, au Nord Est,

Blenheim Palace dans le comté de l’Oxfordshire, très probablement son chef d’oeuvre avec

plus de 809 hectares de parc paysager. Ce palace est aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le comté d’Oxfordshire est situé au Nord-Ouest de Londres.

Les jardins de Capability Brown à Chatsworth

Les jardins de Chatsworth
CC BY-SA 2 – Alan Heardman


Les jardins de Bowood House

Bowood House par “Capability” Brown
CC BY-SA 2.0 – kev from Salisbury, England


Les jardins de Claremont par Lancelot

Les jardins de Claremont par Lancelot “Capability” Brown
CC BY 2.0 – James Long


Le Temple de Vénus à Stowe par Lancelot

Le Temple de Vénus à Stowe par Lancelot “Capability” Brown
CC BY 3.0 – Rkilpin


Le château de Highclere (Downton Abbey) et ses cèdres du Liban

Le château de Highclere (Downton Abbey) et ses cèdres du Liban
C.C 02 – Richard Munckton

Au fait, une question doit vous tarauder

Pourquoi « Capability » ?

Ce surnom lui vient du fait qu’il disait à chacun de ses clients que leur propriété avait un grand potentiel (capability en anglais) !! Le coquin.

Si vous souhaitez davantage d’informations, je vous recommande le site http://www.capabilitybrown.org, in English, of course.

Vous avez aimé cet article ? Merci de nous le dire en le partageant ou en laissant un commentaire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche utilisée pour trouver cet article : capability brown jardinier anglais.